Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

police

  • PÉRUWELZ des voleurs a l'ad delhaize

    PÉRUWELZ - Que doit faire la police face à une bande de jeunes agressifs ? La question se pose après des faits qui se sont passés dimanche à l'AD Delhaize.

    Bon-Secours est un endroit touristique. L'AD Delhaize de l'avenue de la Basilique est donc ouvert le dimanche. Selon son directeur, Vincent Duchâteau, il n'est pas rare que des jeunes venus de la France toute proche en profitent pour venir se servir en marchandises, sans payer.

    Ce 6 février, dans l'après-midi, deux de ces jeunes ont été interpellés par le personnel du magasin alors qu'ils venaient de voler six fardes de cigarettes. La police a été appelée et elle a envoyé deux hommes sur les lieux.

    « La police a reculé... »

    C'est alors que, selon M. Duchâteau, une quinzaine de personnes ont déboulé dans la réserve du Delhaize pour libérer leurs camarades et s'emparer d'une dizaine de fardes supplémentaires.

    Des violences ont été commises. Le gérant du magasin a reçu un coup de poing au visage. Voici deux mois, c'est le directeur qui avait été agressé avec, pour conséquence, une incapacité de travail.

    « Ce qui m'interpelle le plus, c'est que la police a reculé, dit Vincent Duchâteau. Pour elle, l'important était qu'on évacue tout le monde... Mais ça pose quand même une question importante : doit-on se contenter de laisser commettre des vols sans réagir ? » Les voleurs semblent en tout cas ne rien craindre. Sur la vidéo du magasin, on les voit passer derrière les caisses à tour de rôle, comme dans un ballet, à visage découvert, les poches bien rembourrées, et sachant qu'ils sont filmés...

    « Une question de rapport de force et d'enjeu »

    Nous avons bien entendu voulu avoir le point de vue de Philippe Durieux, qui dirige la police de la zone Péruwelz-Bernissart, et qui est le seul habilité à parler à la presse. M. Durieux était semble-t-il fort occupé puisque nous lui avons fait passer plusieurs messages et qu'il ne nous a pas rappelés.

    Nous avons dès lors posé la question à un homme de loi : les deux policiers ont-ils agi correctement ? n'y a-t-il pas eu non assistance à personne en danger ?« À deux contre quinze, c'est humain, répond-il. C'est comme dans une rave party : à part sortir les bazookas, je ne vois pas très bien ce qu'on pourrait faire, sauf éventuellement relever le numéro des plaques de voitures. Il vaut mieux que ça se termine par un vol de cigarettes que par des fractures. Dans une telle circonstance, si on utilise la force, on encourt une extrême violence, car aucune entente n'est possible. C'est donc une question de rapport de force. C'est aussi une question d'enjeu : la police aurait réagi autrement si elle avait été témoin d'un viol par exemple. » Le point de vue des défenseurs de l'ordre est compréhensible. Mais celle du directeur et du personnel de la supérette aussi : il y a eu des violences, un préjudice de plusieurs milliers d'euros, et cela risque de se reproduire si aucune mesure n'est prise.

    La police judiciaire a été mise au courant de ces faits

    Hier, Jean-Bernard Cambier, porte-parole du Parquet de Tournai, a présenté la version policière, en tout cas celle qui se trouve dans les procès-verbaux.

    « La police n'a pas reculé puisqu'elle s'est interposée entre le gérant du magasin et le groupe. Alors qu'elle venait d'enjoindre aux jeunes de quitter la réserve du Delhaize, le gérant s'en est pris au groupe. Pour le protéger, les policiers l'ont empoigné tout en sortant des sprays lacrymogènes. Le groupe est alors sorti de la réserve et s'est dirigé vers le magasin. C'est alors que le gérant s'est lancé à sa poursuite, lançant une bouteille dans sa direction. Il est possible que les jeunes ont volé d'autres fardes de cigarettes au moment de quitter les lieux mais les deux policiers sur place ne l'ont appris que bien plus tard. » F.D.

  • christelle a disparus de tournai

    Christelle.jpgUn avis de recherche a été lancé à la demande du Parquet et de la police de Tournai, concernant la disparition inquiétante de Christelle De Page, une Tournaisienne âgée de 38 ans. Son état de santé nécessite des soins médicaux.

    Mme De Page est partie de Tournai vendredi. Elle a été vue à Bruxelles vendredi soir et aurait été conduite ensuite à Hal. Depuis, la police n'a pas retrouvé sa trace. De corpulence forte, la disparue mesure 1,65m. Elle a les cheveux au carré roux et porte des boucles d'oreilles en forme de cœur. Elle est en possession d'un sac en toile bleu foncé sans marque.

    Selon les enquêteurs, elle pourrait s'inventer une autre identité pour passer inaperçue. Toute information concernant cette disparition inquiétante peut être fournie à la police de Tournai (069/250.250) ou auprès du poste de police le plus proche.

  • disparition inquiettante

    Younes disparu au Bizet

    Nous contacter au numéro d'urgence 116000 gratuit en Belgique.

    Depuis l'étranger formez le +32 2 475 44 99 (pas gratuit).

    Ils sont accessibles 7 jours sur 7 et 24h sur 24.

     le garçon de 4 ans, Younes Jratlou, qui a disparu dans la nuit de dimanche à lundi, entre minuit et 06h00, dans le village du Bizet/Ploegsteert, une entité de Comines-Warneton. L'association Child Focus a distribué des affiches portant sur cette disparition.
    Younes aurait quitté son domicile à la suite d'une violente dispute au domicile familial. Un des deux parents et les deux garçons du couple auraient quitté l'immeuble..
    1550.jpg

  • Radars en octobre sur ath

    565726.jpgLes fans de Michael Jackson n'apprécient pas le film "This it it"

     

     

     

    Comme il l'avait déjà fait voici quelques semaines, le président a permis aux parties civiles (les personnes physiques uniquement) de s'exprimer devant le tribunal. Stéphane Delfosse, le policier athois grièvement brûlé (il était sorti du coma quatre mois après la catastrophe) et seul survivant du périmètre zéro, a été le seul à le faire ce mardi. Non sans expliquer préalablement, aux côtés de son avocat, Me Geert de Mets, les raisons qui l'y ont poussé : « J'attendais d'avoir entendu un maximum d'informations, et qu'en même temps une présence plus importante me permettait de bénéficier d'un peu d'attention de la part de certains ».

    Ces dernières années, M. Delfosse a répondu à de nombreuses interviews, il a écrit un livre, il a rédigé des dizaines de billets dans notre quotidien... « Mais je ne voudrais pas qu'on pense que j'ai peur de m'exprimer au sein de ce tribunal. J'ai l'habitude de dire les choses en présence de mes interlocuteurs ». Un couvre-chef couvre le crâne de Stéphane Delfosse. Pas par souci de coquetterie, dit-il, « mais tout simplement parce que je n'ai pas envie de vous montrer ce que moi-même j'ai difficile de regarder. De plus, sur le fond des choses, cela ne changerait pas grand-chose. Une victime, manchot, unijambiste, cul-de-jatte, aveugle, défigurée ou légèrement touchée reste une victime. Il n'y a pas de passe-droit en fonction de la gravité de nos blessures. J'en suis parfaitement conscient ». Les yeux dirigés vers le président du tribunal, il s'adresse aux prévenus : « Je suis également convaincu, et je parle en mon nom propre, que nos souffrances sont comprises par certains prévenus. Je ne suis d'ailleurs pas insensible à leur présence malgré les difficultés que cela peut engendrer. Et c'est pour cela que je puis vous affirmer que je m'exprime sans aucune haine à leur égard. Cela a déjà été dit, personne n'a voulu de ce scénario catastrophe. Pas de haine mais de la tristesse et de la colère ». Une colère contenue tous les jours, encore maintenant, insiste-t-il.

    « Alors que l'occasion m'était donnée presque quotidiennement de citer nommément des responsables, j'ai tenu dès le début à ne cibler personne en respect de la procédure en cours. Je vais continuer dans cette voie mais je vais malgré tout citer des noms ». Premier nom : celui d'Eddy Pettiaux, le commandant des pompiers, que les conseils de Fluxys et d'Husqvarna ont pointé du doigt en estimant qu'il aurait dû faire évacuer les lieux. « Je ne suis pas son avocat, il n'en a pas besoin, il est mort à côté de ses hommes. Mais je m'autorise à défendre son honneur car j'ai eu le malheureux privilège de vivre ses derniers instants. Eddy Pettiaux mérite comme nous tous son statut de victime ».

    Second nom cité par M. Delfosse : celui de Pierre Dubois. « Il était mon collègue et ami, il m'a accompagné car c'était son boulot. Comme j'ai pu l'entendre, il aurait fallu désobéir (NDLR : la défense d'Husqvarna avait évoqué l'inquiétude de certains intervenants sur place). Je vous avoue qu'en vingt ans de carrière, j'avais déjà entendu pas mal de choses mais on atteint là des sommets jamais explorés. Mes bras m'en sont tombés (au figuré précise-t-il). Peut-être fallait-il casser les ailes d'un vilain canard ou bien de vilains poulets ? » Pour Stéphane Delfosse et les autres membres des services de secours, la seule désobéissance inacceptable aurait été de ne pas se rendre sur place afin d'apporter de l'aide. « Pourtant, si tel avait été le cas, mes enfants auraient encore un père normal, mon épouse un mari vieilli mais physiquement correct. Pierre serait toujours là. Les pompiers aussi.

    Je ne souhaite à personne de devoir un jour faire appel aux secours car cela se passe toujours dans des situations délicates voire dangereuses. Mais si cela devait être le cas, j'espère que vous tomberez sur des hommes comme Eddy Pettiaux, Guy Lison, Pierre Diricq, Jean-Pierre Laloy, Noël Merlin et Pierre Dubois ».

    Radars

    Le but de cette page est essentiellement préventif. A ce titre, vous trouverez régulièrement l'annonce de certains radars dans l'entité. Il va de soi que ces contrôles ne sont pas repris de manière exhaustive.

    Les contrôles radars prévus pour:

    Mercredi 28/10/09

     1) Arbre, rue de Soignies
     2) Isières, route de Lessines
     3) Autreppe (Ormeignies), chaussée de  Valenciennes  

    Jeudi 29/10/09

     1) Irchonwelz, chaussée de Valenciennes  
     2) Irchonwelz, chaussée de Tournai  
     3) Meslin-l'Evêque, chaussée de Bruxelles 
     4) Maffle, chaussée de Mons (Deltaluminance)

    565726.jpg

  • Disparition inquiétante région Ath-La Louvière

     

    Merci de faire passer urgent  Marie-Paule
     
     
    Disparition inquiétante région Ath-La Louvière


    Bonjour, j'ai besoin de vous .
    Yohan a disparu depuis ce vendredi 22 mai 2009 dans l'après midi.
    Les démarches auprès de la police ont été faites.
    Je vous demande de transmettre ce message avec sa photo à tout vos contacts ceci afin d'espèrer avoir des nouvelles voir de le retrouver très rapidement.

    voilà plus de renseignements

    voilà un peu plus d'information dans la confusion j'ai omis de les mettre!!!! Il s'appelle Yohan il mesure plus ou moins 1m70 il a 14 ans, il réside à Ath et a disparu dans les environs de La Louvière.

    Aucun papier sur lui pas de soucis de santé seul hic très faible de caractère peu se faire embarquer par n'importe qui!!!!!!!!!!!!!! etre très prudent!!!!




    Mes coordonnées 068/34.00.38 0472/56.50.04
    Merci

    demander Monique

    Lieu : S'il vous plait diffusez ce message!!!!



    FAITES PASSER A VOS CONTACTS SVP !